Le mérite du jeûne de ‘Ashoura

Le mérite du jeûne de ‘Ashoura
Selon Abou Qatada , le Messager d’Allah fut interrogé sur le jeûne de Ashoura. Il dit :
 » Il fait absoudre les péchés de l’an passé  » [rapporté par Moslim]

Ibn Taymiya a dit : « Les savants ont dit sur la question : « Etait-elle une obligation ou une recommandation ? », la thèse la plus solide est que le jeûne le jour de ‘Achoura était au début une obligation avant de devenir une simple recommandation. D’ailleurs, le prophète n’ordonnait plus au commun des gens de le jeûner mais il disait :  » Celui-ci est le jour de ‘Achoura, j’y observe le jeûne, qui veut, peut le jeûner « . Il a également dit :  » le jeûne du jour de ‘Achoura efface les péchés d’une année, celui de ‘Arafat pour deux années. » [rapporté par Ahmad]

Et à la fin de ses jours, lorsqu’il a su que les juifs le fêtaient il a dit : « Si je vis jusqu’au prochain, je jeûnerai le neuvième jour » [rapporté par Muslim]. Cela pour marquer sa différence avec les Juifs. Certains des compagnons du Prophète et des savants ne jeûnaient pas ce jour et ne le recommandaient pas. Mieux ils l’abhorraient, comme cela a été rapporté des habitants de Koufa. Mais, il y a parmi les savants ceux qui le recommandent. Ce qui est vrai, c’est qu’il est recommandé à celui qui observe le jeûne ce jour de faire autant pour le neuvième, car cela constitue la dernière recommandation du prophète , en vertu de ses propos : « Si je vis jusqu’au prochain, je jeûnerai le neuvième jour ». Tels qu’ils ont été commentés dans certains livres de hadith.

C’est cela la Sounnah du prophète ; Tout le reste, de la préparation de plats exceptionnels à base de céréales ou non, au renouvellement de la garde robe, des largesses, du ravitaillement pour toute l’année en passant par les pratiques cultuelles exceptionnelles, telles que les prières spéciales, les offrandes, la réservation de la viande des animaux sacrifiés pour la préparation des plats à base de céréales, le fait de mettre du khol aux yeux ou du henné, le fait de se laver, de se congratuler, de se rendre visite, de visiter les mosquées, etc [ uniquement en ce jour ].Tout cela n’est que de l’innovation prohibée qui n’a été ni instituée par le Prophète ou par ses compagnons, ni recommandée par aucun des Imams de l’Islam, aussi bien Malik, Ath-Thawri, Al-Layth Ibn Sa’ad, Abou Hanifa, Al-Awza’i, Ash-Shafi’i, Ahmad Ibn Hanbal, Ishaq Ibn Rahwiya, ainsi que d’autres parmi les références et savants de l’Islam.

La religion musulmane est fondée sur deux principes à savoir n’adorer qu’Allah et l’adorer selon Sa loi, mais pas par l’innovation. Allah dit :

« Dis : « Je suis en fait un être humain comme vous. Il m’a été révélé que votre Dieu est un Dieu unique ! Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur qu’il fasse de bonnes actions et qu’ il n’ associe dans son adoration aucun autre à son Seigneur » (Sourate 18, verset 110)

Une œuvre pie est celle aimée instituée par Allah et Son messager . C’est pourquoi ‘Omar Ibn Al-Khattab disait dans ses invocations :

 » Ô mon Seigneur ! Fais en sorte que toutes mes œuvres soient des œuvres pies accomplies uniquement et avec sincérité pour Toi seul et personne d’autre »
Madjmu’ Al-Fatawa de Cheikh Al-Islam Ibn Taymiya, Vol-25 p.135

Frères, et soeurs en islam,

Parmi les innombrables sagesses d’Allah le Très-Haut, on peut citer le fait d’avoir accordé des mérites à certains lieux, et d’avoir attribué des saisons au cours desquelles le croyant voit les récompenses de ses actes d’adoration multipliées.

Ces saisons sont pour certaines très connues : le mois du Ramadan, le pèlerinage car ils font partie des piliers de l’islam. D’autres sont moins connues, car elles ne rentrent pas dans les obligations, ainsi, le jeûne du jour de ‘Achûrâ’.

Cher frère, chère soeur, sois vigilant(e) et ne délaisse aucune occasion de te rapprocher de ton Seigneur par tous les moyens que notre Prophète Muhammad nous a enseignés.

Quelle est la meilleure manière de jeûner ‘Ashoura ?
Jeûner le 9 et le 10 du mois est la meilleure manière – Incha’Allah- selon le hadith du Prophète , rapporté par Ibn ‘Abbâs :  » Si je suis encore vivant l’année prochaine, je jeûnerai le 9 (avec le 10).  » Et le Prophète mourut avant cela.

Le Prophète a donc recommandé de jeûner le 9 (avec le 10), pour se différencier des juifs qui ne jeûnaient que le 10. Cependant, la portion de hadith :  » Différenciez-vous des juifs, jeûner un jour avant ou (dans une autre version,  » et « ) un jour après (en plus du jour de ‘Achûrâ’) « est faible.
Le mérite du jeûne en ce jour
Selon le hadith d’Abû Qatâda, le Prophète a dit :  » Ce jeûne efface les péchés de l’année précédente.  » (Muslim)

Avec l’intention, on espère en plus d’obtenir auprès d’Allah la récompense : – de faire revivre la Sunna, en se conformant aux recommandations et à l’exemple du Prophète ; – d’apprendre et d’inviter les autres à pratiquer cette Sunna… et ceci fait parti des meilleures actions.

Et Allah est le Plus Savant et le salut et le prière sont sur le Prophète Muhammad, sur sa famille et sur ses Compagnons

Source : http://www.bladi.net/forum/16051-merite-jeune-ashoura/

0
PDF    Envoyer l'article en PDF   
Posted in Pratique de l'Islam | Leave a comment

Le jeûne de ‘Achourâ

Le jeûne de ‘Achourâ
D’après le savant Abdallah ibn Djarallah ibn Ibrahim El Djarallah

Louange à Allah, seigneur des univers, prière et salut sur notre Prophète Muhammed ainsi que ses proches, et ses compagnons.

Mouslim rapporte dans son Sahih que le Prophète a dit :
« le meilleur jeûne après le jeûne du Ramadan est celui du mois sacré d’Allah  »Al-Mouharram ».

Il fut questionné au sujet du jeûne du jour d’’Achoura et le Prophète r répondit :
« Il expie les péchés de l’année écoulée »

Rapporté par Mouslim.

Lorsque le Prophète émigra à Médine, il trouva les Juifs qui jeûnaient le jour d’’Achoura. Il leur demanda : « Quel est ce jour que vous jeûnez ? » Ils répondirent : « C’est un grand jour durant lequel Allah sauva Moussa (Moïse) et son peuple, et noya pharaon et son peuple. Moussa le jeûna alors pour remercier Allah, donc, nous le jeûnons également. ». Le Prophète dit : « Nous sommes plus dignes de nous réclamer de Moussa que vous.». Ainsi, il jeûna ce jour et ordonna de le jeûner.

Il dit également :
« Si je suis toujours vivant l’année suivante, je jeûnerais le neuvième jour de Muharram.»
Rapporté par Mouslim.
Cela signifie qu’il jeûnera le neuvième avec le dixième.

Dans une autre version :
« jeûnez un jour avant ou un jour après, faites le contraire des juifs.»

Et dans une autre version : « jeûnez un jour avant et un jour après.» Rapporté par Ahmed.

Il est donc souhaitable pour le musulman de jeûner les trois jours : le neuvième, le dixième, et le onzième de Mouharram, afin d’obtenir les mérites suivants:

– Premièrement : Il lui sera inscrit la récompense d’un mois complet de jeûne, car chaque bonne action a dix fois sa récompense.

De plus, le Prophète jeûnait trois jours chaque mois et ordonnait de le faire.

– Deuxièmement : Le jeûne de ce mois est le meilleur après celui de Ramadan, comme l’indique le hadith précité.

– Troisièmement : Faire le contraire des Juifs, en jeûnant le neuvième jour et le onzième avec le dix.

– Quatrièmement : Suivre l’exemple du Prophète r, car il l’a jeûné et a ordonné de le jeûner, comme l’a rapporté Al-Boukhari et Mouslim d’après Ibn ‘Abbas.

– Cinquièmement : Il expie les péchés d’une année complète. C’est-à-dire les petits péchés à condition de s’écarter des grands péchés.

Quant au jeûne en lui même, sa récompense n’est pas fixée, ni limitée, le Prophète r a dit : pour toute oeuvre du fils d’Adam, chaque bonne action a dix fois sa récompense, jusqu’à sept cents fois.

Allah dit : « Sauf le jeûne, car il est pour moi, et c’est moi qui le récompense. »

En effet, le jeûne fait partie de la patience or Allah a dit : « Les endurants auront leurs récompenses sans compter. » (les groupes, v.10)

Le jeûne en hiver constitue un gain facile, la journée étant courte et froide, et une récompense sans effort. De même qu’en été le jeûne constitue une des meilleures oeuvres.

L’histoire de Moussa avec pharaon :

En résumé, lorsque Moussa quitta l’Égypte avec ses troupes, pharaon le suivit avec son peuple. Quand les deux groupes furent à portée de regard les uns des autres, Moussa se dirigea vers la mer avec son peuple, alors que pharaon et son peuple s’approchaient d’eux. Les compagnons de Moussa s’écrièrent : ils nous ont rejoints! Allah inspira alors à Mussa de frapper la mer de son bâton. Il la frappa et s’ouvrirent douze chemins, comme le nombre de tribus. Lorsque Moussa et son peuple empruntèrent le chemin et en sortirent, pharaon et son peuple le suivirent. Puis, quand ils furent tous au complet, Allah donna l’ordre et la mer se rabattit sur eux, leurs corps périrent noyés et leurs âmes dans le feu de l’enfer pour y brûler.

Allah dit : « Le feu de l’enfer, auquel ils seront exposés matin et soir. Et le jour où l’heure arrivera, on dira: faites entrer pharaon et ses proches au plus dur des châtiments.» (Celui qui pardonne v. 46)

Ils servirent d’exemple pour ceux qui réfléchissent, tel est la conséquence des péchés.

Allah dit : « Nous fîmes traverser la mer aux Enfants d’Israël. Pharaon et ses armées les poursuivirent avec acharnement et inimitié. Puis, quand la noyade l’eut atteint, il dit : « Je crois qu’il n’y a pas d’autre divinité que Celui en qui ont cru les Enfants d’Israël, et je suis parmi les soumis! » (Yûnus v .90)

On lui répondit : « Maintenant ?! Alors qu’auparavant tu as désobéi et tu étais parmi les corrupteurs! Aujourd’hui, nous allons épargner ton corps, afin que tu sois un signe pour tes successeurs. Mais beaucoup de gens ne prêtent aucune attention à nos signes d’avertissement.» (Yûnus v .91-92)

Puis le mer le rejeta, afin qu’ils s’assurent qu’il fut bien mort, alors qu’il disait: « Je suis votre seigneur le très haut! » (Les anges qui arrachent les âmes v. 24)

Et aussi : « Je ne connais pas pour vous d’autre divinité que moi! » (Les récits v.38)

Ainsi est la finalité de l’injustice et de la tyrannie, et le châtiment de l’au-delà est encore plus pénible et permanent.

Dans les deux recueils authentiques de Boukhari et Mouslim, Ibn ‘Abbas fut questionné au sujet du jour d »Achoura, il répondit : « je n’ai pas vu le prophète jeûner un jour en y recherchant plus son mérite si ce n’est ce jour-ci, c’est-à-dire ‘Achoura.

Le jour de ‘Achoura a un mérite. En effet, il est sacré de longue date, son jeûne était connu chez les prophètes de part son mérite. Nouh (Noé) et Moussa l’ont jeûné, les Gens du Livre le jeûnaient, de même les Qouraychites le jeûnaient à l’époque préislamique. Le Prophète r l’a jeûné en quatre étapes :

1/ Il le jeûnait à La Mecque, sans ordonner aux gens de le jeûner. Dans les deux recueils authentiques d’après Aïcha t : «’Achoura était un jour de jeûne pour les Qouraychites à l’époque préislamique et le Prophète r le jeûnait. Puis, quand il émigra à Médine, il le jeûna et ordonna de le jeûner. Ensuite, quand fut révélée l’obligation du mois de Ramadan, il ne jeûnait que le Ramadan et délaissa le jeûne de ‘Achoura. Donc, celui qui veut, le jeûne et celui qui ne veut pas, mange.»

2/ Lorsqu’il arriva à Médine, il vit que les Gens du Livre jeûnaient ce jour et le vénéraient. Et il aimait faire comme les Gens du Livre dans les choses pour lesquelles il n’avait pas reçu d’ordre. Il le jeûna donc et ordonna aux gens de le jeûner, et les incita, à tel point qu’ils faisaient jeûner leurs enfants, comme cela est rapporté dans les deux recueils authentiques d’après Ibn ‘Abbas et d’autres.

3/ Lorsque fut prescrit le jeûne du mois de Ramadan, le prophète r n’ordonna plus les compagnons de jeûner ‘Achoura et n’insista plus à son sujet.

Le hadith de Aïcha à ce sujet a été précité, et la plupart des savants jugent qu’il est conseillé de jeûner sans caractère renforcé.

4/ A la fin de sa vie, le Prophète r décida de ne plus le jeûner seul, mais d’y ajouter un jour, afin de faire le contraire des Gens du Livre dans leur jeûne.

Ibn El Qayyim a dit : « Le jeûne d’Achoura se fait de trois façons :

– La plus complète consiste à jeûner un jour avant et un jour après.

– Ensuite, jeûner les neuvième et dixième, la plupart des hadiths tournent autour de cela.

-Ensuite, jeûner le dixième seul.

Certains prédécesseurs jeûnaient ‘Achoura en voyage, parmi eux Ibn ‘Abbas, et ils disaient : « le mois de Ramadan peut être compensé par un nombre égal de jours, alors que ‘Achoura, si son jour passe, on ne peut plus le compenser.»

Parmi les choses les plus extraordinaires rapportées au sujet de ‘Achoura: le fait que les animaux sauvages, les fauves et les fourmis le jeûnaient !

Parmi ses mérites : Allah pardonna à un peuple en ce jour et il pardonna à d’autres comme dans le hadith rapporté par El-Tirmidhi d’après ‘Ali. Ceci incite à renouveler le repentir sincère à Allah le très haut, en ce jour de ‘Achoura, en espérant qu’il accepte le repentir, car celui qui se repent à Allah de ses péchés, Allah accepte son repentir.

[Voir Latâif El Ma’ârif de Ibn Rajab et Zâd El ma’âd de Ibn El Qayyim]

Ô Allah pardonne-nous, Tu es celui qui pardonne et le miséricordieux.

Pardonne-nous ainsi qu’à nos parents et tous les musulmans.

Accorde-nous d’accomplir ce que tu aimes et agrées, tu es en toute chose omnipotent.

Et que la prière et le salut d’Allah soient sur son adorateur et messager Muhammed, ainsi que ses proches, et ses compagnons.

Source:http://www.islamhouse.com/fr/modules.php?name=News&file=article&sid=125

0
PDF Creator    Envoyer l'article en PDF   
Posted in Pratique de l'Islam | Leave a comment

Hayırlı Ramazanlar – Ramadan Kareem

Hayırlı Ramazanlar

0
PDF Writer    Envoyer l'article en PDF   
Posted in Ramadan | Commentaires fermés

Quelques sentences de Sidi Hamza al-Boutchichi

Quelques sentences de Sidi Hamza al-Boutchichi, guide spirituel de notre époque (Maroc) :

  • Cette voie est la voie de Dieu : évitez toute haine et toute forme de dissension, Dieu ne visite pas un coeur haineux. Les conflits entre les différentes communautés ethniques ou religieuses sont liés au passé et nous ne devons pas être concernés par cela.
  • Ne désirez pas les états spirituels, les extases, l’ouverture ou les visions ! Ne désirez que la connaissance de Dieu. Le désir des hâls et des visions peut nous voiler de cette connaissance.
  • La progression intérieure doit rejaillir à l’extérieur, sur le comportement
  • Il ne faut pas relever les défauts d’autrui et se laisser entraîner dans la critique et le jugement. Sinon, on finit par oublier nos propres défauts. Comment un malade pourrait-il reprocher à un autre malade de ne pas être bien portant ? Il est donc important de magnifier. Regardez vos frères comme étant parfaits, du simple fait qu’ils sont reliés à la voie. Peu à peu, vous vous rendrez compte que c’est la création divine entière qui est parfaite. Celui qui voit un défaut en l’autre ne voit en fait que l’un de ses propres défauts. Soyez les gardiens de votre coeur et rendez le propre et pur comme un lieu de prière !
  • Le cheminement doit être progressif pour éviter que le disciple ne devienne arrogant.
  • Celui qui donne et qui le dit est pire que celui qui n’a rien fait. Se vanter équivaut à anéantir tous les fruits du don.
  • Lorsqu’un apiculteur voit un groupe d’abeilles, il apporte une caisse dans laquelle il met des choses sucrées et parfumées. Quand les abeilles sentent ce parfum, elles rentrent dans cette rûche. Si les abeilles aiment et apprécient ce lieu préparé, elles s’y installent. Dans le cas contraire, elles ne resteront que un ou deux jours et partiront par la suite. Le même phénomène se produit avec le secret divin : s’ il trouve le réceptacle du coeur propre et parfumé, il y restera durablement et produira un miel divin.
  • Nous percevons l’extérieur des choses, mais l’intérieur nous est caché et occulté. Le corps se trouve dans ce monde, mais l’intériorité se situe dans une autre dimension, un autre royaume. L’accès à cette intériorité, c’est toute la voie.
  • Ne cherchez pas la vérité, cherchez d’abord à vous purifier.
  • Le jour où Dieu veut faire bénéficier son serviteur de Ses Grâces, Il fait pénétrer dans son coeur un souffle d’amour. Ainsi, le serviteur, bien qu’il soit impliqué dans les affaires de ce bas monde, sent en permanence le goût de Son Seigneur. Les Prophètes, eux aussi, travaillaient comme nous, mais leur travail ne dominait pas leur coeur qui restait fermement attaché à Dieu.
  • La compréhension ne s’acquiert pas dans les livres. Il serait trop facile de se baisser et de ramasser tous les livres traitants du soufisme pour l’acquérir. La vraie science vous viendra de l’intérieur, de votre cœur. Seul le cœur comprend. Il comprend que rien n’est en dehors de Dieu.
  • Le défaut et la laideur ne sont pas dans les choses et les êtres, mais dans l’impureté de notre regard sur elles. Plus l’âme est apaisée, parfaite et pure, plus elle sera disposée à voir dans tout être une manifestation de la Lumière Divine : tout est beau, seul le coeur non poli du disciple rend les choses laides.
  • La Lumière Divine tourne autour du coeur du disciple. Pour qu’un avion atterrisse, il faut que la piste d’atterrissage soit entièrement dégagée. De la même façon, si notre coeur est rempli de désirs ou de passions, la Lumière ne trouvera pas de lieu où se poser.
  • Il faut se méfier de la seule compréhension mentale. Il existe un mental sensible et un mental lumineux. Le mental sensible a une limite. Pour la dépasser, il faut travailler sur soi et fréquenter les hommes de Dieu. Dieu seul peut transformer le mental sensible en mental lumineux, un mental illuminé par la lumière du cœur.
  • Les deux portes royales pour accéder à Dieu sont l’invocation (dhikr) et la générosité.
  • Celui qui s’abaisse, Dieu l’élève.
  • Certains d’entre vous ont du mal à se mettre au service des autres, mais s’ils font l’effort de le faire tout de même, ils pourront peu à peu se libérer des liens qui attachent leur âme.
  • Quand on vit une relation de fraternité, je ne parle pas ici de fraternité au sens commun, mais de cette fraternité qui est investie d’amour, les coeurs sont en phase, les esprits sont en affinité : il circule un tel vin d’amour ! C’est cela la royauté de Dieu !
  • Il n’existe que la Lumière. L’ego (nafs) a une enveloppe extérieure qui empêche cette Lumière de pénétrer. L’homme ordinaire ne voit que cette obscurité. Mais lorsque cette enveloppe a éclaté, la lumière qui se trouve dans le coeur se mélange avec la Lumière deDieu et on ne voit plus que cette Lumière divine : « Où que vous vous tourniez , là est la face de Dieu ! ». Le monde est comme une ombre éphémère. Ainsi, lorsque le soleil se lève sur un objet, alors apparaît une ombre pendant un moment, puis cette ombre se dissipe. C’est la même chose pour ce monde par rapport à la Réalité. Les connaissants de Dieu n’ont pas d’ombre, en vérité. Seuls les hommes encore inconscients les perçoivent comme des êtres doués d’ombre. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre ce que l’on rapportait du Prophète Muhammad : le fait qu’il ne faisait jamais d’ombre.
  • Celui qui est arrivé à percevoir l’Unité ne voit plus qu’Elle. Il se rend compte que toutes les formes habituelles, les formes humaines elles-mêmes, ne sont qu’illusion.
  • La reconnaissance et la gratitude enchaînent la grâce.
0
Word To PDF    Envoyer l'article en PDF   
Posted in Enseignements, Rappels, Soufisme, Spiritualité | Leave a comment

Lettres (Maktûbât) de Djélâl-ed-dîn Roûmi (Extrait)

arbrereflet« La Croix et les Chrétiens, d’un bout du monde à l’autre,
Je les examinai : Il n’était pas sur la Croix.
J’entrai dans le temple [hindou], dans [la vieille pagode] :
Nulle trace n’apparaissait là.
J’allai vers les monts de Hérat et Kandahar ;
Je regardai : Il n’était ni sur les cimes, ni dans le val…
Je poursuivis ma quête jusqu’à la Ka‘ba :
Il n’était pas dans ce lieu, but des jeunes et des vieux.
J’interrogeai à son sujet Avicenne :
Avicenne lui-même n’était pas en mesure de me répondre…
Je plongeai mon regard en mon propre cœur :
Là je Le vis ; Il n’était nulle part ailleurs »

Lettres  (Maktûbât) de Djélâl-ed-dîn Roûmi
 
 
0
PDF Download    Envoyer l'article en PDF   
Posted in Roumi, Soufisme, Spiritualité | Tagged , | Leave a comment

L’universalisme – Ethique du soufisme

soufisme01L’amour est la valeur fondamentale de la vie et le seul véritable barème pour en mesurer l’évolution. Toutes les autres valeurs (intelligence, science, langage, technique, systèmes, conscience, connaissance, art, philosophie) lui sont subordonnées. Toutes les grandes spiritualités arrivent à la conclusion selon laquelle le « principe créateur » est l’amour. Ainsi, toutes les autres règles de la religion ne sont en vérité que des véhicules capables de nous amener aux pieds de cette valeur souveraine qu’est « l’amour absolu ».

Il est évident qu’il y a une grande différence (« qualitativement » parlant), entre l’amour primaire (manifesté par le désir), et l’amour universel. Comme l’écrit Platon, il y a un abîme entre « l’amour » superficiel et charnel représenté par l’Éros et l’amour du vrai selon Socrate, cristallisé dans la contemplation du Beau en soi, de la beauté divine et éternelle.

En nous appuyant sur la progression du banquet de Platon, l’amour atteint son apogée avec le sage, l’éveillé, le saint, plongeant ainsi dans l’amour absolu. Cet amour est le reflet de celui de son Seigneur. C’est-à-dire aimer TOUT HOMME quelle que soit son origine et quels que soit ses défauts.

L’amour dans l’éducation spirituelle en islam fait partie de ce corpus universel. Il incite le disciple à chercher la foi aux belles choses, aux beaux sentiments et aux actes remarquables à notre propre échelle si ce n’est celle de l’humanité. Cette dernière qui devrait être représenté par un seul parti celui de l’humanité respectueuse des droits et devoirs de chacun dans sa propre communauté.

Pour lire la suite >>> Cliquez ici

0
PDF    Envoyer l'article en PDF   
Posted in Enseignements, Islam, Soufisme | Leave a comment

Chants soufis de la Tariqa Qadiriyya Boutchichiyya

 

0
PDF Creator    Envoyer l'article en PDF   
Posted in Invocations, Islam, Non classé, Pratique de l'Islam, Soufisme, Spiritualité | Leave a comment

Malheur a vous ! C’est ceci l’héritage du Prophète

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) passa dans le marché à Médine, il s’y arrêta et dit: « Ô les gens du marché ! Comme vous êtes incapable ! ».
Ils ont dit: Pourquoi Ô Abou Houreira ?
Il répondit: « L’héritage du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) est en train d’être partagé et vous êtes ici ! N’allez vous pas y aller afin de prendre votre part ? ».
Ils ont dit: Dans quel endroit cela se passe t-il ?
Il répondit: « À la mosquée ».

Alors ils partirent précipitamment et Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) les a attendu jusqu’à ce qu’ils reviennent et il leur a dit: « Qu’avez vous ? ».

Ils ont dit: Ô Abou Houreira ! Nous sommes partis à la mosquée et nous y sommes entrés mais nous n’avons rien vu qui soit partagé.
Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) leur dit: « N’avez vous vu personne dans la mosquée ? ».
Ils ont dit: Si, nous avons vu des gens qui priaient, des gens qui lisaient le Coran et des gens qui se rappellaient le halal et le haram (*).
Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) leur a dit: « Malheur a vous ! C’est ceci l’héritage du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) ».

(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°83)

(*) C’est à dire qu’ils étudiaient la science, quelles sont les choses permises, quelles sont les choses interdites…

0
PDF Writer    Envoyer l'article en PDF   
Posted in Enseignements, Hadith, Pratique de l'Islam, Prière - Salah, Rappels | Leave a comment

Centre Culturel Taqwa de Jumet : Appel aux dons

Vous êtes sollicité aujourd’hui pour le projet de la construction d’un Centre Culturel dans la ville de Jumet à Charleroi

Des hommes et des femmes, âgés entre 20 et 40 ans, habitants tous la commune (de Jumet), ont décidé d’unir leur force pour mettre sur pied ce projet, qui sans l’aide d’Allah n’aboutira pas.

L’ensemble du projet, ne peut pas être estimé à l’euro prêt. Il faut savoir que les bénévoles du projet passent de nombreuses heures de leur temps quotidien à chercher après un lieu où il pourrait établir leur projet dans le respect de tous et surtout en répondant aux besoins de tous. Si ils se tournent vers vous, c’est qu’il est possible que vous soyez le sabab, le moyen à ce que ce projet se termine au plus vite! En effet, il faut battre le fer tant qu’il est encore chaud.

En effet, nos frères de l’association française « Barakacity » ont récolté 1,000,000€ en un mois ! Nos frères de « Muslim Rangers » ont récolté 50,000€ en une semaine ! Allahou Akbar, Allahou Akbar, Allahou Akbar, les mots ne suffisent plus.

Voilà plus concrètement notre objectif : finaliser le projet endéans le premier anniversaire de la création de l’Asbl. En effet, l’Asbl « Taqwa » fut créée en février 2013, en 7 mois d’existence, le Centre Culturel, grâce aux donateurs, à récolté plus de 25.000€. Ceci représente un peu moins de 25% (hors frais) de ce que représente le prix d’un bien immobilier à Jumet. Nous vous sollicitons pour réunir les 75 autres pourcent.

Au vue des exploits réalisés par les associations ou groupe cité ci haut, nous ne pouvons imaginer que la Communauté ne réponde à notre appel!

Les coordonnées :

N° de téléphone : +32(0)487/366.207

Compte bancaire: BE62-0688-9682-6661

Adresse e-mail : asbltaqwa@gmail.com

Page Facebook : www.fb.com/asbltaqwa

Site internet : http://asbl-taqwa.tumblr.com/

 

0
Word To PDF    Envoyer l'article en PDF   
Posted in Actualité, Divers, Islam, Partage - Soutien, Pratique de l'Islam | Leave a comment

Aid El-Kebir ou Aid Al-Adha

 

Ibn ‘Abbâs (que Dieu l’agrée) rapporte que le Prophète – Paix et salut d’Allah sur lui – a dit : « Il n’y a pas d’œuvres meilleures que celles faites en ces 10 jours.» Les Compagnons dirent : « Même pas le Jihâd ? » Il dit : « Même pas le Jihâd, sauf un homme qui sortirait risquant sa vie et ses biens et qui ne reviendrait avec rien (i.e. qu’il y perdrait sa vie et sa fortune). » Rapporté par Al-Bukhârî.

Le Prophète (paix et salut soient sur lui) dit: «Je compte sur Allah pour que le jeûne observé le jour d’Arafa (9 Dhul-hijja) expie les péchés commis pendant l’année précédente et l’année suivante et pour que le jeûne du jour d’Ashoura (10 Muharram) expie les péchés commis pendant l’année précédente. » (Rapporté par Mouslim, 1162)

Le jeûne du jour de ‘arafat

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D’après Abou Qatada (qu’Allah l’agrée), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit: «Le jeûne du jour de ‘arafat, j’espère d’Allah qu’il expie l’année qui suit et l’année qui précède».
(Rapporté par Tirmidhi et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1010)

D’après Qatada Ibn Nu’man (qu’Allah l’agrée), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit: «Celui qui jeûne le jour de ‘arafat, il lui est pardonné une année devant lui et une année derrière lui».
(Rapporté par Ibn Maja et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1011)

D’après Sahl Ibn Sa’d (qu’Allah l’agrée), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit: «Celui qui jeûne le jour de ‘arafat, il lui est pardonné le péché de deux années de suite».
(Rapporté par Abou Ya’la et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1012)

D’après Abou Said Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit: «Celui qui jeûne ‘arafat, il lui est pardonné une année devant lui et une année derrière lui et celui qui jeûne ‘achoura il lui est pardonné une année».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1013)

D’après Said Ibn Joubayr (qu’Allah l’agrée), un homme a interrogé Abdallah Ibn Omar (qu’Allah l’agrée) concernant le jeûne du jour de ‘arafat. Il a dit: «Lorsque nous étions avec le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui), nous lui donnions l’équivalent du jeûne de deux années».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1014)

Règles et bienséances de l’Aid Al-Adha (Aid El-Kebir)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Prendre un bain rituel (le Ghousl) :
une des bonnes manières qu’il convient de respecter lors du jour de l’Aïd est de prendre un bain rituel avant de se rendre à la prière. On rapporte que Sa’îd Ibn Jubayr a dit : « Trois choses sont recommandées le jour de l’Aïd : la marche (vers le lieu de prière), prendre un bain rituel et manger quelque chose avant de sortir (s’il s’agit de l’Aïd al-Fitr). »

Manger (ou pas) avant de sortir :
il ne faut pas se rendre au lieu de prière le jour de l’Aïd al-Fitr sans avoir mangé quelques dattes. Le hadith rapporté par Al-Bukhârî selon Anas Ibn Mâlik stipule : « Le Messager de Dieu (paix et bénédictions sur lui) ne sortait jamais le matin de l’Aïd al-Fitr sans avoir mangé quelques dattes et il en mangeait un nombre impair. » En ce qui concerne l’Aïd al-Adhâ, il est recommandé de ne pas manger avant la fin de la prière lorsqu’il s’agit de manger la viande du sacrifice.

Participation des femmes :
Oum ‘Atiya (qu’Allah l’agrée) a dit: «Il fût ordonné aux jeunes filles comme aux plus âgées de participer aux prières des 2 fêtes pour voir ce bienfait, quant à celle qui avait ses règles elle se tenait un peu à l’écart». (Rapporté par Al-Boukhari, Mouslim)

Ibn ‘Abbas (qu’Allah l’agrée) a dit: «Je suis sorti avec le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) les jours du Fitr et d’Al-Adha, il a fait la prière puis le sermon, puis il se dirigeait vers les femmes pour les exhorter et leur ordonner de faire des aumônes». (Rapporté par Al-Boukhari)

Le takbîr le jour de l’Aid :
C’est un des plus importants actes recommandés de ce jour. Ad-Dâraqutnî et d’autres ont rapporté que lorsqu’Ibn ‘Umar (qu’Allâh l’agrée) sortait le jour de l’Aïd al-Fitr ou de l’Aïd al-Adhâ, il s’appliquait à faire le takbir tout le long du chemin vers le lieu de prière et il continuait jusqu’à l’arrivée de l’imam.
Le fait de dire :
« Allâhou Akbar Allâhou Akbar Allâhou Akbar ! lâ ilâha illa Allâh ! Allâhou akbar Allâhou Akbar walillâh il-hamd »
Qui veut dire :
« Allâh est le plus Grand, Allâh est le plus Grand, Allâh est le plus Grand, il n’y a de Dieu si ce n’est Allâh, Allâh est le plus Grand, Allâh est le plus Grand, et toutes les louanges sont à Allâh »

Se féliciter mutuellement :
Les musulmans pourront échanger leurs voeux et peu importe la forme. Ils peuvent, par exemple, dire « Taqabbal-Allâhu minnâ wa minkum » (qu’Allâh agrée nos bonnes actions et les vôtres). Jubayr Ibn Nufayr a dit : « Au temps du Prophète (paix et bénédictions sur lui) lorsque les musulmans se rencontraient le jour de l’Aïd, ils disaient « Taqabbal-Allâhu minnâ wa minka » » (Rapporté par Ibn Hajar).

Porter ses plus beaux vêtements :
Jâbir (qu’Allah l’agrée) a dit : « Le Prophète (paix et bénédictions sur lui) avait une cape qu’il portait le jour de l’Aïd et le vendredi. » Al-Bayhaqî a rapporté qu’Ibn ‘Umar portait ses plus beaux vêtements le jour de l’Aïd, les hommes pouvaient alors montrer les plus beaux vêtements qu’ils possédaient lorsqu’ils sortaient pour la prière.

Changer de chemin en revenant du lieu de prière :
Jâbir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah l’agrée) a rapporté que le Prophète (paix et bénédictions sur lui) empruntait un chemin différent en revenant de la prière de l’Aïd. (Rapporté par Al-Bukhârî).

 

0
PDF Download    Envoyer l'article en PDF   
Posted in Aïd, Enseignements, Hadith, Pratique de l'Islam | Leave a comment